Les journées du patrimoine 2017

Ce week end c’était les journées du patrimoine. Perso, on adore ce week end où on essaye de trouver des endroits sympas à découvrir pour nous et les filles. Cette année à Lyon, il y avait un thème imposé « Au fil de l’eau ».

Première visite : notre quartier 

Cette année, mon homme fait parti du conseil de quartier et donc dans l’équipe des bénévoles pour la visite du quartier.
Pour les JDP 2017, les membres du conseil de quartier ont organisé un petit jeu de piste en groupe avec des questions pour découvrir un mot mystère à la fin. Il faut savoir que dans le quartier Villette Paul Bert, il existait une rivière aujourd’hui disparue : La Rise. Il faut savoir qu’en remontant il y a deux siècles en arrière, ce quartier était entièrement rurale avec une vie paysanne s’organisant autour de la Rise où les femmes se réunissaient autour du lavoir. Puis la révolution industrielle est arrivée, de nombreuse entreprises se sont implantées dans ce quartier populaire avec une belle rivière. Ces entreprises ont pompé dans la Rise pour leur besoin en eau et ont rejeté leurs déchets dedans (et oui l’écologie était encore inconnue à cette époque là). Le quartier comme la rivière se sont entièrement transformés. La rivière s’est polluée et amoindrie, jusqu’à n’être plus qu’un filet d’eau au quartier de La Guillotière entraînant mauvaises odeurs et problèmes de santé. Les autorités ont donc décidé de la faire enfouir sous terre. Aujourd’hui, son cours s’est déplacé et on peut la trouver vers le côté de Miribel.
Rendez vous samedi matin à 10h devant la patinoire Baraban où l’équipe nous donne un plan avec le trajet à suivre et un questionnaire. Sur le parcours, on allait rencontrer 9 bénévoles qui nous raconteraient une anecdote sur le quartier nous permettant de répondre aux questions toutes en relation avec l’eau. Chaque solution donne une lettre pour accéder au mot mystère :

J’adore apprendre des petits détails sur notre quartier :

  • où passait la Rise
  • pourquoi la place s’appelle La Ferrandière
  • les bains douches … …

On a mis 1h30 pour faire ce petit trajet et on a trouvé le mot mystère « Machecroute » mais le mystère restait tout aussi épais. Qu’est ce que c’est que ce mot ??? Vous connaissez ?
Le Machecroute est un animal imaginaire symbolisant le Rhône en furie lors de ces crues : un dragon féroce et en colère vivant sous le pont de la Guillotière provoquant des crues et des inondations par ces coups de queue dévorant hommes et bétail noyés. Il faut dire qu’à l’époque, Le Rhône n’était pas dompté comme aujourd’hui avec des grosses crues régulières. Le conseil de quartier nous a accueilli dans le parc Sainte Anne avec une reproduction du Machecroute et un petit encas.


Les enfants présents lors du jeu de piste ont une petite surprise : un diplôme ! Jolie petite attention qui a beaucoup plus aux filles :

Périphérique Nord

Pour notre deuxième visite, mon homme a choisi de nous amener voir le périphérique nord appelé TEO (Trans Est Ouest) ou BPNL (Boulevard Périphérique Nord de Lyon). Bon je vous avoue qu’au départ, je n’étais pas plus emballée que ça, mais qu’est ce qu’on fait pas par amour ^_^
On est arrivé sur le site d’accueil du côté de Villeurbanne, la visite se faisait sur réservation avec pièce d’identité et livret de famille. Une fois inscrit, on a eu le droit à une belle photo avec le tunnel TEO en fond : le petit plus : directement imprimée et envoyée par mail : j’adore !


Le petit groupe (20 personnes) a été emmené dans une salle de réunion où l’on nous a distribué des petits cadeaux : stylo, plan de teo, fascicule. On a visionné un petit film sur le tunnel. J’ai été surprise, cela faisait déjà 20 ans qu’il a été construit !
On a ensuite découvert une maquette du tunnel :

Puis on a découvert le Poste de Sécurité ! Waouh une grande salle où on apprends que le tunnel est sous surveillance de 254 caméras sous les yeux vigilants d’un employé : on y apprends leur roulement, les améliorations du tunnel durant les travaux cet été, l’organisation, le fonctionnement des tunnels…


Puis on prends une navette direction La Porte du Valvert où l’on va visiter l’usine de ventilation du dernier tunnel, tout juste ouverte fin août.


Cette usine permet l’expulsion des fumées en cas d’arrêt sous le tunnel en cas d’accident ou d’incendie. On visite trois salles :

  • une reliée à un couloir menant aux panneaux du toit du tunnel avec trois énormes ventilateurs qui vont aspirer les fumées
  • une accolée où sortent les fumées aspirées par les ventilateurs : une cloison avec des panneaux anti bruits séparent de la dernière salle, car quand les ventilateurs tournent le bruit est assourdissant.
  • la dernière salle est reliée à une cheminée extérieure pour expulser les fumées dans l’air et assainir l’air du tunnel.

On a testé l’efficacité des cloisons anti bruit !!! Waouh c’est magique, à se demander si on va pas en installer à la maison ^_^

La navette nous ramène au bâtiment d’exploitation où on repart chacun avec un sac à dos et un petit gâteau ^_^ Puis on a pu monter dans un des patrouilleurs et discuter avec le conducteur ! Les filles ont même pu tester l’alarme, les flèches !

Franchement j’y allais à reculons à cette sortie, mais j’ai été agréablement surprise !!

Troisième visite : Les Subsistances 

J’ai vu qu’il y avait un petit jeu de piste pour les enfants, j’aime faire découvrir le patrimoine en jouant c’est plus fun pour les enfants !!!
Les Subsistance sont un lieu où les artistes de tout horizon viennent pour créer. Le but de ce jeu de piste est de retrouver les endroits où ont été pris les photos. J’ai fait le jeu avec Manon, elle a été passionnée par ce jeu (elle a bientôt 5ans) Bon je l’ai un peu guidée car son sens de l’orientation et sa mini taille ne l’aidaient pas. J’ai été impressionnée par le lieu, un ancien couvent qui est passé par les mains des militaires puis des artistes. Ce lieu a gardé toute son authenticité et son âme. J’ai lu les panneaux explicatifs à Manon qui écoutait plutôt d’une oreille discrète.

On a découvert

  • les hangars transformés en salle de spectacle modulable
  • les ateliers où travaillent les techniciens des artistes
  • les anciens logements des nonnes qui maintenant sont pour les artistes
  • la boulangerie et oui car durant la guerre, les militaires avaient transformé ce lieu en caserne avec plusieurs fours à pain et produisaient du pain pour les soldats envoyés au combat, ils ont tourné jusqu’en 1991 avec la guerre du Kowet !
  • une magnifique verrière métallique de l’école Eiffel.

Une fois le jeu de piste fini, les enfants ont eu le droit à un petit cadeau : un superbe sac.

J’ai aussi appris qu’ils faisaient des ateliers pour les enfants durant les vacances estivales mêlant danse et arts plastiques : les deux activités préférées de ma grande. Bon c’est quand même 200€ la semaine, mais on va y réfléchir avec mon homme.
Je pensais que Manon avait peu ou pas écouté mes infos d’hier, mais aujourd’hui j’ai été étonnée elle m’a dit que l’ancienne boulangerie était maintenant une salle de spectacle et que les artistes dormaient là ou les soeurs dormaient avant ^_^ Comme quoi elle m’épatera toujours avec ces oreilles qui traînent !
Et voilà notre parcours durant ses journées du patrimoine, et vous, vous en avez profité ?

9 thoughts on “Les journées du patrimoine 2017

  1. Chouettes découvertes que vous avez pu faire!
    Ici cette année on a fait l’impasse: je n’avais pas vu de choses ludiques à faire avec Miniplume (hormis certains endroits mais qui sont tellement bondés que je ne préfère pas l’y emmener…)
    Alors on s’est fait une balade champêtre avant le déluge 😉

  2. coucou c’est super joli de découvrir ton village grace a tes photo’s ici dans mon village il y rien de patrimoine il faut aller dans les villages voisines mais je voit que vous avez passer une superbe journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :