Devenez un homme préhistorique durant une journée

Lors du salon Kidexpo j’ai eu la chance de rencontre Gauthier et Valentin des Grottes du Cerdon qui ont animé le stand Viaparents durant toute la journée. Nous avons bien sympathisé et j’ai eu la chance d’aller découvrir ce site en famille. Voici mon expérience.

 

Présentation des grottes du Cerdon

Situation

Les grottes se situent dans le cerdon, dans le département de l’ain à côté du village de Labalme soit à 1h10 du centre de Lyon. Vous pouvez calculer votre itinéraire par ICI.

 

Horaires

Les grottes sont ouvertes des vacances de printemps à celle d’automnes. Les horaires des visites et des ateliers varient selon les saisons, vous pouvez accéder au planning par ICI.

 

Activités

Aux grottes du Cerdon, la visite se déroule en deux parties :

  • la visite des grottes : libre (vous avez la possibilité de télécharger une application sur le téléphone pour avoir des explications durant ) ou guidée qui dure environ 1h30 si on effectue le parcours complet

  • les activités préhistoriques sur le plateau ombragé.

 

Notre expérience en famille

La visite des grottes. 

Après un peu plus d’une heure de route, nous voici enfin arrivés.

Sur place aucun soucis pour se garer grâce aux différents parkings. On rejoint l’accueil pour récupérer nos billets. Une fois arrivés en caisse, on choisit de prendre une visite guidée. Nous avons reçu en échange un petit jeton, le prochain départ se fait dans 15 minutes, en effet avec la visite guidée, on rejoint le point de départ en petit train. Nous avons patienté une dizaine de minutes et nous avons du coup testé les toilettes décorées aux couleurs locales, mais modernes : ils sont propres, bien agencés et adapté à l’âge des enfants, vous aurez même de quoi changer votre petit bout.

En attendant notre petit train, on a eu le « malheur » de jeter un oeil au stand restauration où Gauthier est en train de préparer des casses croûtes appétissants

Du coup, le pique-nique va rester dans la voiture et on commande nos menus qu’on pourra récupérer après la visite.

 

Notre petit train arrive, il est trop mignon et les filles l’adorent.

Nous prenons place à l’intérieur et c’est parti pour un petit tour de 5 minutes qui nous dépose à 20 mètres de l’entrée. (pour ceux qui ne choisissent pas la visite guidée, ils accèdent à la grotte par un petit chemin ombragé).

On découvre l’entrée de la grotte au bout d’un petit chemin en pente.

Mais avant de la découvrir, la guide commence son speech (et là je vous vois lever les yeux au ciel « pppfff elle va pas arrêter de causer et nous saouler), mais j’aime bien les guides car on apprend toujours des petits détails et celle-ci a été passionnante.

Elle nous explique qu’il faut imaginer qu’à l’époque du Jurassique, une mer chaude recouvrait le lieu où l’on se trouve. C’est partie pour une petite leçon d’histoire.

Lors de la naissance des Alpes quelques millions d’années après, la mer s’est retirée et les sédiments des fonds marins se sont transformés en calcaire. Puis différentes ères de glaciation et de réchauffement s’enchaînent. La dernière glaciation se finit il y a 12 000 ans ; à cette période de nombreux lacs (Bourget, Annecy) et rivières se forment. L’une d’elle, disparue aujourd’hui, est à la base de la grotte que l’on va visiter. C’est son tracé que l’on va suivre de son enfouissement (l’entrée de la grotte) à sa débouchée (le belvédère).

Je vous rassure, elle ne nous débite pas son texte version prof d’amphi ennuyeux, elle nous pose des questions et nous interpelle. Une fois cette présentation faite, elle nous donne quelques petites recommandations d’usage dans la grotte. Et oui car comme dans toute grotte, il fait froid et humide, elle nous demande de marcher doucement et de faire attention où l’on mets les pieds.

On a prévu le coup et on est bien équipés : chaussures adaptées, sweat et kway car la température diminue au fur et à mesure. On va descendre jusqu’à 120m de profondeur et passer de 15°C à un petit 5°C (oups, ça caille un peu).

Elle nous explique le parcours qui va se dérouler en deux temps :

  • partie 1 : on descend sur 800m avec un dénivelé correspondant 5 étages qui se descendent peu à peu avec plusieurs paliers, qui se fait en groupe en sa présence
  • partie 2 : la visite guidée s’arrête à la grande salle, mais il est possible de faire un AR en suivant le chemin, ce qui rallonge le parcours de 400m en passant par l’ancien syphon pour déboucher sur le belvédère qui domine la vallée. Cette boucle a le même dénivelé que la 1ère partie, mais elle se fait assez facilement en suivant son rythme.

Cette 2ème partie est facultative, le retour des grottes peut se faire par le chemin en passant sur un porche impressionnant et on sort par la doline en prenant par les escaliers en sous bois pour rejoindre l’accueil du parc après 10 minutes de marche.

Une fois les explications données, on descend peu à peu dans la grotte :

On découvre un décor très riche dans cette grotte du au ruissellement de l’eau ces derniers millénaires :

  • des stalagmites et des stalactites (bon d’ailleurs vous connaissez l’astuce pour savoir qui est quoi  Stalagmites s’écrit avec un M, donc elle monte. Stalactite a un T, elle tombe.  Sachant qu’il faut 100 ans pour que se forme 1cm3 de calcite, on se rend compte du temps qui passe.

  • le creusement d’une cheminée haute de 13 mètre due au l’amoncellement de l’eau, la roche étant plus dure dans cette partie là

  • des parois colorées : rouge, ocré, gris, bleu et vert car l’eau a charrié des particules de minerais qui se sont déposées sur les parois.

Le vert est du aux lumières présentes dans la grotte.

  • des draperies magnifiques, tout en finesse certaines transparentes

  • des orgues : lorsque l’on donne un petit coup (c’est notre guide qui le fait) sur une concrétion, on obtient un joli son cristallin grâce à l’écart entre les deux et le décalage avec la paroi.

  • des structures en forme de chou fleur ou de brocolis au choix
  • des forêts de pierre, j’ai l’impression d’être transporté dans le seigneur des anneaux.

  • des mini lacs d’eau qui dégagent une atmosphère magique

  • des coulées de pierre, comme si un géant coulait un bronze (oui je sais c’est pas glamour, mais c’est l’image qui me vient en tête)

Après 1h30 de descente facile, on arrive à l’ouverture et on découvre une salle immense creusée par l’eau avec un petit 10°C.

La salle est gigantesque, une agréable surprise après les couloirs étroits empruntés dans la grotte. La visite guidée se finit sur une dernière explication. La température a chuté car l’air froid reste prisonnier au fond à cause d’un déséquilibre du à l’ouverture sur l’extérieur et la différence de niveau. Au point le plus bas, la température n’excède pas les 4°C. Les hommes préhistoriques se sont servis de cet espace comme garde manger, des ossements d’animaux ayant été retrouvé, mais les hommes préhistoriques n’ont jamais habités ici.
En 1930, un fromager s’est servi de cette salle comme pièce d’affinage pour son bleu de Gex, pendant 20 ans avant les premières chambres froides industrielles.

Une fois notre guide remerciée, nous décidons de continuer notre visite à travers le siphon pour découvrir le belvédère. Nous avons hésité un peu, car ce passage est déconseillé aux personnes ayant des problèmes de santé et ma mère n’a pas tout récupéré suite à son opération. Mais nous tentons l’aventure, si ça ne va pas on fera demi tour.

Le siphon a été dégagé en 1985, pour le traverser un couloir a double porte a été mis en place, pour éviter les courants d’air et la détérioration de la grotte.

La descente se fait facilement suivant ce chemin bétonné, on ne se rends pas vraiment compte mais on descend vite, cela se ressent très vite sur la température qui chute vraiment ! Une fois le couloir franchi, on remonte un petit chemin.

on se retrouve en bord de falaise où on découvre un magnifique belvédère à couper le souffle sur les vignes du Cerdon.

En plus, ils ont installé un espace bar où l’on peut se reposer et profiter de la vue. Après en avoir pris plein les yeux, nous retournons vers la salle et nous sortons par le majestueux porche et nous remontons la doline vers l’accueil.

 

Le repas

Nous avions prévu un pique nique, mais quand nous avons vu le snack avant de partir en visite, nous avons réservé notre repas (tant pis le repas sera prêt pour ce soir) tellement les tartines et salades nous ont plu. L’espace pique nique est au top, des tables dehors et une salle protégée, parfaitement en accord avec le paysage.

Nous nous régalons par le repas préparé par Gauthier, prenant des forces pour attaquer les activités. Je peux vous dire que mes mini femmes préhistoriques n’en ont pas laissé une miette, au grand désespoir de leur père ^_^

 

Les ateliers version hommes de préhistoriques

Nous filons à sur le plateau, les activités sont réparties sur divers lieux. A l’accueil, on nous a remis les différents horaires afin de nous organiser pour les enchaîner. Attention certaines activités sont accessible à partir de 8 ans, car elles demandent certaines capacités physiques. Les différentes activités sont fléchées, histoire de ne pas vous perdre en chemin.

 

Tir au propulseur

Nous commençons notre transformations en homme préhistorique en découvrant les techniques de chasse et plus précisément le tir au propulseur.

Après une rapide présentation par l’animatrice et les règles de sécurité, nous tentons l’expérience : grâce à la lance et à un système ingénieux de propulsion, il suffit de viser la bête pour la tuer. Ce qui est génial c’est que petit et grand ont le droit d’essayer ! On s’y met tous !!!

Le bilan de cet atelier, et ben nous aurions pas tenu très longtemps en tant qu’homme préhistorique ou alors en tant que végétarien, car c’est méga dur à viser ! Je comprends mieux le taux de mortalité en cette période !

 

Poterie néolithique

Nous filons à la poterie néolithique pendant que Jean-Noël va faire marcher ces muscles en découvrant les techniques de traction de mégalithe.

A l’abri sous une tente, l’animatrice nous explique que les hommes préhistoriques se servaient de ces pots pour préserver la nourriture, manger et boire.

 

Elle nous propose deux techniques pour créer un petit pot avec lequel nous pourrons repartir.

  • 1ère technique :  faire une boule dans laquelle on formera un puit à l’aide de ces doigts
  • 2ème technique : faire des boudins que l’on assemblera pour former un pot.

Les hommes préhistoriques aiment décorer leurs poteries avec différents ustensiles : pierre, bouts de bois et coquillages. On a pris beaucoup de plaisir à réaliser cet atelier, on dépose nos poteries sur une table et on pourra les récupérer à la fin de la journée. Il suffira de les laisser sécher deux jours au soleil et le vernir si on veut l’utiliser comme verre ou vase.

Une fois sec, le rendu est très joli, les poteries ne se sont pas déformées, un joli souvenir à garder.


 

Cette activité finie on va récupérer mon homme qui vient de finir la traction de mégalithe, puis on va se séparer en deux, car les lampes à graisse sont accessible à partir de 8 ans.

 

Traction de mégalithe

Mon homme a testé cette activité, qui n’intéressait pas les filles. Après avoir découvert deux gros blocs de pierre de plusieurs tonnes chacun, positionnés sur un chemin des rondins de bois au centre du champ, l’animatrice a expliqué qu’ils avaient comme défi de les déplacer sur une quinzaine de mètres.

Super impressionnant

Le groupe d’une vingtaine de personnes s’est séparé en trois postes :

  • 4 adultes à la vérification du positionnement des rondins
  • 2 adultes aux cordes de freinage si les blocs se déplaçaient trop vite
  • le reste du groupe réparti entre les deux bloc à la traction grâce à des cordes

Étonnamment, la traction n’est pas le poste le plus difficile, car une fois que le bloc gagne en vitesse, il se déplace facilement. Il est surtout très important de vérifier le positionnement des rondins afin que la pierre reste dans sa trajectoire sinon c’est la catastrophe.

Les enfants ont été super impressionnés par cette activité et leur « capacité physique » à faire bouger un bloc qui fait plus de 20 fois leur poids.

 

Peinture préhistorique

La communauté scientifique n’est pas d’accord sur le but de ces peintures (art décoratif, art chamanique, traces à travers les âges…), mais ces peintures sont remplies de mystère. Sous une tente à l’ombre des arbres, on va découvrir comment réaliser des peintures rupestres. Grâce à trois eaux pigmentées (ocre, rouge et noir) obtenues grâce à des pierres réduites en poudre, on va pouvoir peindre sur une tablette de bois et repartir avec. Différents ustensiles sont à notre disposition :

  • nos doigts bien sûr
  • des « pinceaux » réalisés avec un bout de bois et du crin de de cheval
  • des bouts de bois taillés.

Voici le « matériel » à notre disposition :

L’animatrice nous a montré diverses peintures retrouvées dans des grottes puis nous nous lançons dans notre oeuvre artistique. Manon est inspirée et fait le contour de sa main, qu’elle orne de différents symboles.

Je m’inspire des peintures et j’essaye de reproduire un mammouth. On sait bien amusé avec Manon, la texture des peintures est agréable et les pigments sont très colorés, en plus ça part super bien sur les mains.

 

Lampe à graisse

Pendant que nous apprenons les techniques de peinture, Chloé, son père et sa grand-mère apprennent à réaliser une lampe à graisse. Ils ont appris à transformer une pierre en tendre en lampe à graisse animale qui brillera comme une bougie sans faire de fumée noire.

Ils sont partis d’une pierre tendre qu’ils ont taillé en forme de cuillère en tapant dessus avec un gros galet. Il faut faire attention à ne pas trop serrer la pierre dans sa main lors du taillage, car elle n’absorbera pas les vibrations du aux coups et risque d’éclater : c’est un coup de main à avoir. Une fois la forme obtenue, ils ont creusé un trou dans la partie plane de la pierre à l’aide du silex pour créer le réservoir à grasse.

Grâce à cette même pierre, ils ont gravé des décorations sur la pierre. Puis ils ont fini de personnaliser leur lampe grâce à la peinture rupestre.

J’adore le résultat, elles sont très jolies, il ne restera plus qu’à les tester :

 

Fouilles archéologiques

Qui n’a pas rêver de devenir archéologue ? De faire des fouilles et de trouver des objets ou des ossements vieux de plusieurs millénaires. Sous une tente, on découvre la reproduction d’un site de fouille. Après quelques explications de l’animateur, les filles récupèrent un seau et un balais. Elles déblayent le plus gros du sable avec la balayette, puis elles vont les finitions avec le pinceau :

 

On découvre différents éléments certains facilement identifiables, d’autres beaucoup moins au premier coup d’oeil :

L’animatrice nous explique que le site de fouille dévoilé correspond à un camp d’hommes préhistoriques comme le montre le panneau. Ce site est une reproduction d’un site réel :

 

Techniques du feu

J’ai toujours rêver de faire du feu, ça m’a toujours attiré, du coup j’avais hâte de faire cet exercice.

L’animatrice nous a expliqué et montré les différentes techniques pour faire du feu, et elle a réussi du 1er coup, ça a l’air facile :

 

Elle obtient une jolie flammèche qui va devenir un grand feu, au top pour griller les animaux que l’on a tué (ha zut, on a pas réussi cet atelier… bon bah on fera griller des légumes)

 

Maintenant que l’on a vu comment faire, on récupère le matériel et on tente de faire le feu !!! Et ben c’est hyper compliqué !!! Là elle nous avoue, qu’elle s’est entraînée régulièrement pendant une semaine pour y arriver !

On est aussi efficace pour faire le feu que pour chasser. Être un homme préhistorique, c’est pas si facile que ça !!

 

Notre bilan aux grottes

On a passé une excellente journée, totalement déconnecté, dans un décor verdoyant. La grotte est fraîche, et même si elle est pas atypique, elle est belle avec des anecdotes intéressantes, mais surtout une vue à vous couper le souffle à l’arrivée.

  • Les multiples activités sont ludiques, variées et instructives. On a vraiment apprécié qu’elles soient ouvertes à tous. Point positif, elles sont toutes (sauf la traction) à l’abri donc même en cas de mauvais temps, vous pouvez en profiter.
  • Le lieu est magnifique, ombragé et en pleine verdure, il aspire à la détente.
  • Gros coup de coeur sur l’espace restauration, je m’attendais à trouver un petit sncak, mais non les repas sont frais, copieux et réalisés avec du local (et avec amour ^_^) : je valide +++
  • Le prix est plus que correct, vu que l’entrée avec l’accès aux grottes et à toutes les activités est de 16€ pour les adultes et 15€ pour les enfants. Vous avez une petite réduction si vous achetez directement votre billet sur leur site : ICI.
  • De plus vous avez une boutique, mais joliment fourni pour adultes et enfants avec des jolis livres et jeux autour de la préhistoire.

En plus de ce lieu magnifique, différents événements ponctuels animent les grottes durant l’année :

  • quest game
  • soirée nocturne
  • visite frisson spécial Halloween
  • expo photo ….

Retrouvez par ICI toutes les actualités.

Vous aurez compris qu’on a passé une excellente journée à la fraîche, car oui, si vous voulez tout faire sans vous presser, il faut y passer la journée. Franchement je ne vois pas de côté négatif (le prix est correct, les instructions sont claires, les activités intéressantes et accessibles même en cas de forte fréquentation…). Peut-être une idée à mettre en place : un diplôme d’homme préhistorique pour les enfants. Ceux-ci valideraient chaque activité réalisée en déposant leur empreinte de doigt grâce à de la peinture rupestre. Cela leur fera un beau souvenir à rapporter en plus des créations durant les ateliers.

En conclusion, Les grottes du Cerdon, c’est le lieu idéal où passer une bonne journée en famille. 

 

18 thoughts on “Devenez un homme préhistorique durant une journée

  1. Wouah mais c’est carrément génial ! Dommage que ce soit loin de chez nous car notre Petit Écureuil aurait adorer y aller je suis sure. Nous avons quelques grottes aussi par ici. Nous en avons fait une il y a quelques mois. Notre fils avait aimé mais se sentait oppressé par une musique d’ambiance qui accompagnait la visite.

    1. une adresse à noter si tu viens faire un tour dans la région.
      Quel dommage de mettre de la musique, j’aime les ambiances silencieuses des grottes, on parle toujours doucement dans une grotte

  2. Coucou
    C’est complètement le genre de lieu où on adore aller !
    C’est enrichissant car on redécouvre pleins de choses et les grottes nous offrent un spectacle magnifique !
    Si on passe dans le coin, je note pour y aller 🙂

    1. tu peux faire la visite en solo si tu préfères, mais en groupe le nombre de places est limité. Etant un peu claustro, je ne me suis pas sentie emprisonnée dans cette grotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :