Travail, carrière, avenir professionnel ???

En tant que femme, on a plein de casquettes.

Au départ, j’étais juste une femme, puis je suis devenue une travailleuse, puis une amoureuse qui a évolué en aimante (et qui finira en mariée, un qui jour qui sait ….).

Jusque là, je gérais plus ou moins ces trois casquettes. Il y a donc un peu plus de 7 ans en arrière, j’étais technicienne sup de labo.  J’ai travaillé dans les hôpitaux. D’abord à l’efs (établissement français du sang), où j’établissais les groupes sanguins et autre cartes d’anti corps (je rentres pas dans les détails pour ne pas vous perdre ^_^). Il y avait une super équipe, que des femmes mais on s’entendait toutes bien ! J’ai adoré, j’étais motivée et j’avais envie d’apprendre toutes les facettes. J’étais avec une autre intérimaire qui elle l’était beaucoup moins que moi (même pas 25 ans et déjà blasée de la vie..). Mais je remplaçais une collègue en arrêt maladie, mon contrat était reconductible toutes les trois semaines, je devais demander mon contrat tous les 15 jours, car la boîte d’intérim n’était pas speed ! Une situation très précaire qui me convenait moyen, alors j’ai cherché ailleurs. Maintenant avec le recul (et surtout la maturité), j’en aurais parlé avec mes responsables, car quand je suis partie elles m’ont dit qu’on aurait pu s’arranger (bon facile à dire vu que je partais), mais j’aimais bien travailler là bas (malgré les contraintes horaires et les déplacements, j’étais à Lyon sud).

J’ai intégré alors l’hôpital edouard herriot, en tant que garde PL, un travail rapide et une formation sur le tas, ça demandait de la rapidité et de l’organisation (tout ce que j’aime ^_^). Au bout de deux mois, je formais les internes à mon poste !!! Moi la petite technicienne de labo je formais des futurs médecins à prendre ma relève à 19h !!! Waouh ! Sauf qu’à l’époque, l’hôpital n’embauchait plus les nouveaux, il « recyclait » les anciens intérimaires même si ceux-ci n’étaient pas formés et que le service devait tout reprendre à zéro ! Du coup, je me suis retrouvée sur le carreau, mais pas pour longtemps, car je n’aime pas me reposer sur mes lauriers.

J’ai alors postulé à Dermscan, une entreprise de tests cosmétiques. J’ai intégré une petite équipe (3 en tout) où on travaillait sur l’établissement des indices de protection solaire ! C’était pas mal, 1ère expérience dans le privé, bon ça change du public, c’est plutôt chacun pour soi, mais notre équipe tournait en autarcie, ça m’allait plutôt bien !
Puis il a fallu embaucher une autre personne, et là, la galère a commencé. J’ai eu un binôme avec lequel rien ne collait : notre façon de travailler, notre façon de vivre, notre façon d’être, sauf qu’il fallait qu’on bosse ensemble ! Bon allez pourquoi pas ! Sauf que je suis tombée sur une petite sotte manipulatrice qui a su bien jouer son jeu et qui m’a noyé ! J’ai perdu beaucoup de moi même : la confiance, l’assurance, la douceur et j’ai gagné en stress et en mal être ! Et je me suis rendue compte que les gens en qui en avait confiance n’était pas les bons !!!
Du coup j’ai eu le courage de taper le point sur la table, j’en avais marre ! Rien n’allait j’en prenais plein la gueule au boulot, j’étais démoralisée et du coup mon couple en pâtissait ! ça faisait déjà 18 mois qu’on essayait d’avoir notre bébé !! Je m’enfonçais dans un gouffre sans fond ! Alors j’ai dit « soit ça change, soit je me barres ! » Du coup, j’ai partagé mon temps entre deux services et elle, aussi, histoire de moins se voir ! Et je suis tombée enceinte le mois d’après ! Je ne sais pas si ma rébellion a changé quelque chose, mais je pense que ça m’a libéré !!! Du coup, je savais que quelques mois plus tard je cajolerais ma fille comme je l’apprenais quelques semaines après. Savoir que je me poserais m’a aidé à continuer. J’ai pris un petit congé parental et je me suis organisée pour ma rentrée ! Une semaine avant alors que j’étais en vacances et non dispo (et bien sûr info remontée à ma boîte), j’apprenais que je changeais totalement d’équipe et de branche !! Super, vive le retour de maternité ! Bon au moins je ne verrais plus mon ex binôme !

Et là, une autre casquette c’est mise en place, maman, j’en suis à 4 casquettes pour une tête avec la volonté d’assurer sur tous les fronts, d’être parfaite un peu partout ! Au boulot ça allait, toujours un peu la course, car les plannings étaient super serrés. Un boulot plus ou moins passionnant, des collègues bof, mais des nouvelles sont arrivées et ça été mieux au niveau de l’ambiance, mais ça reste une ambiance de nénettes dans un milieu cosmétique (vous voyez le genre, non ???). De toute façon, je voulais bb2 rapidement car je ne voulais pas que mes enfants aient plus de trois ans d’écart ! Du coup, j’ai été enceinte pour les 2ans de ma grande. Ha oui entre temps, j’avais découvert le métier d’assistante maternelle, un beau métier où on s’occupe des enfants ^_^ Je suis tombée sur une super am avec qui le feeling était au top !

Une fois Manon née, j’ai profité de mes deux chipies (bon profitée pas les premiers mois, car j’ai signé le prêt à la banque pour notre nouvel appartement à la maternité ^_^). Bref au bout de quelques mois bien installées, il a fallu occuper ma grande que je gardais en plus de Manon à la maison. Super fan d’activité, j’ai découvert sur le net un monde parallèle : les blogs ^_^ qui fourmillent d’idées ! Et j’ai rencontrée des assistantes maternelles formidables !

Pour ne vous en citer que trois :

Mais être seule avec ces deux anges à la maison, on a du temps pour cogiter pendant la sieste. Quoi faire de ma vie ? Enfin plutôt quoi faire de vie professionnelle ? Retourner dans une boîte où m’attendait un travail certes stable et régulier, mais sans envie, sans ambition, j’avais peur de ne pas m’épanouir et de me flétrir comme une plante en pot ! Ou alors trouver une autre voie ?


A travers les blogs, j’ai découvert une nouvelle facette du métier d’assistante maternelle, et j’ai fondu pour ce métier ! Mais comme on dit l’herbe est plus verte ailleurs ! Et je ne suis pas une femme carriériste, mais je veux un travail dans lequel je m’épanouisse et je me fais plaisir ! Ce qui était loin d’être le cas à ce moment là (voire l’opposé total !). Du coup, je cherchais quoi faire d’autre en pouvant lier vie pro et vie perso ! C’est délicat une reconversion professionnelle, même si c’est un choix. J’étais en CDI, un poste stable où je pouvais négocier mes horaires, mais où le travail me plaisait moyen et où on ne parlera pas de l’ambiance pro ;-( Et là je me tournais vers un métier carrément précaire, avec la possibilité d’être licenciée sans raison du jour au lendemain, mais un métier où tu travailles avec les enfants, où tu accompagnes les parents dans l’éducation et le développement de leur enfant. Un métier où tu es chez toi (il faut bien être conscient des conséquences) où je pouvais épargner à mes filles des journées à rallonge à l’école, où je m’évitais des trajets.

Il faut savoir que assistante maternelle est l’un des rares métiers compatible avec le congé parental ! Alors j’ai sauté le pas, j’ai déposé mon dossier qui a été accepté et j’ai fait la formation. J’ai commencé par un petit bébé que la maman m’a retiré 15 jours après, elle était pas prête à laisser son bébé. Et là ça été la galère financière, je perdais pour le mois mes allocations et mon salaire, et il fallait que je retrouve un contrat. J’ai compris le risque que je prenais, les questions ont fusé ! C’est bien un métier qui te plait, mais un métier précaire ??? avec deux enfants et un loyer à payer ? C’est bien d’aimer son métier, mais c’est pas ça qui paye les factures. J’ai eu de la chance de retrouver pour la rentré la garde d’un garçon, Diego de l’âge de Manon. J’ai passé une année géniale !

Après avoir pesée le pour et le contre avec mon homme, j’ai négocié mon licenciement et je suis devenue assistante maternelle à fond !!
En préparant mon cap, je suis revenue sur ces trois années d’expérience, j’ai observé mon évolution, mon rapport avec les enfants avec les parents. Puis j’ai réfléchi sur moi même, comment j’avais évolué, grandi et mûri à travers ces trois dernières années ! Quel chemin j’ai parcouru, et j’aime la nouvelle femme que je suis devenue, cette assurance, cette maturité, mais avec un petit grain de folie et d’enfance ancrée en moi. J’ai été soutenue pour me lancer dans cette nouvelle aventure ! Car franchement j’ai peur de l’avenir, j’ai peur de prendre des décisions car j’ai peur des conséquences qu’elles peuvent avoir, et j’ai surtout peur de faire les mauvais choix. Mais mon homme (merci à lui) m’a poussé, m’a tiré vers le haut. Il m’a valorisé et a révélé une belle part de moi.

Alors oui, avoir un métier stable c’est bien, mais un métier qu’on aime c’est pas mieux ?
Je ne suis pas une femme de pouvoir, je ne cherche pas à gravir les échelons, j’aime mon organisation, m’adapter aux besoin des enfants sans cesse se renouveler ! Alors certes pour beaucoup, être assistante maternelle ce n’est pas un vrai métier mais c’est le mien ! Ma famille proche l’a accepté et aime le changement ! Mais j’entends encore d’autres personnes me dire :
_ »et tu vas faire ce métier longtemps ? »
_ »et tu t’ennuie pas ? » (heu comment s’ennuyer avec des enfants à la maison ???)
_ »mais tu fais quoi de tes journées ? » (je regarde Les feux de l’amour, allez j’avoues tout je regarde Vampire Diaries j’ai un gros faible pour Daemon ^_^)

Bref je réponds calmement à la question mettant en avant ce que cela m’apporte en tant que travailleuse, en tant que femme et en tant que mère aussi !!!
Aujourd’hui je porte toutes ces casquettes fièrement et je réussis ma vie professionnelle ! Et vous, avez vous voulu ou du faire un choix professionnelle ? Comment ça s’est passé ? Vous regrettez ?

2 thoughts on “Travail, carrière, avenir professionnel ???

  1. je me retrouve dans ton joli discours (et merci pour la petite citation 😀 <3). Assistante maternelle ne peut pas convenir à tout le monde, il faut vraiment aimer ce métier et avoir les capacités pour le faire. Je suis plus que satisfaite de mon travail, j'arrive à jongler entre ma vie professionnelle et ma vie privée, ce qui était alors primordiale pour moi avec mes deux filles et avec un papa qui travaille énormément la semaine. Le plus important pour moi est d'avoir un métier que j'aime, étant plutot indépendante, je gère mon organisation comme je le souhaite et les parents employeurs sont ravis ! Je m'amuse avec les enfants, les enfants s'amusent avec moi, bref on le sent quand on est fait pour ce métier. Et tu as l'air vraiment faite pour ça 😀 pleins de bonnes choses pour la suite !

    1. Rho oui je me fais plaisir ^_^ et ce bilan avec le cap m’en a vraiment convaincu ! le départ a été houleux et douloureux, mais maintenant c’est génial, chaque jour est un renouvellement ! Alors oui, c’est difficile parfois, mais le sourire des petits nous enlève tout cela !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :